Le ver de terre au jardin potager

Le ver de terre

En préambule, citons Charles Darwin : « La charrue est une des inventions les plus anciennes et les plus précieuses de l’homme, mais longtemps avant qu’elle existât, le sol était de fait labouré par les vers de terre et il ne cessera jamais de l’être encore. Il est permis de douter qu’il y ait beaucoup d’autres animaux qui aient joué dans l’histoire du globe un rôle aussi important que ces créatures d’une organisation si inférieure. »

Le ver de terre rend de grands services au jardinier. L’utilité de ce « métazoaire artiozoaire » est souvent méconnue. Il existe 3 grandes catégories de vers de terre :

- vers de terre endogés

- vers de terre épigés

- vers de terre anéciques

Le ver de terre ordinaire est souvent de couleur rouge brun et son corps est long et cylindrique. Cet invertébré familier peut atteindre 10 cm et plus. En l’observant, on remarque une extrémité pointue comme une sorte de bague : le clitellum.

Le ver de terre s’enfonce profondément dans la terre en hiver jusqu’à ce que la température redevienne acceptable. Puis ils remontent en surface. La femelle pond des œufs de préférence dans une terre azotée. La quantité de vers de terre dans la terre est finalement le baromètre de fertilité de cette dernière. Le ver de terre trouve dans le sol des débris organiques et humus. Un sol sec, pauvre, et peu fertile ne contient aucun ver de terre ou très peu.

Le ver de terre a un mode d’alimentation particulier puisqu’il ingurgite la terre, filtre ce dont il a besoin et enfin régurgite sous forme de tortillons de terre, à la surface. Un ver de terre est capable d’ingurgiter plusieurs tonnes de terre à l’hectare pendant une année. La terre rejetée est ainsi fine, vitalisée et entraine des galeries dans le sol où l’air circule. Ce drainage du sol permet à l’air et à l’eau (rosée, pluie) de circuler beaucoup plus facilement. Cette même terre devient plus assimilable pour les plantes. La terre s’enrichie tout simplement. Le ver de terre aère et fertilise la terre.

Respecter les vers de terre est essentiel pour un jardinier.

Les traitements chimiques tuent ces alliés du jardin. L’abus du motoculteur équipé de fraises broie littéralement les vers présent dans le sol. Une utilisation raisonnée est conseillée. La pratique de la bêche manuelle limite la destruction des vers de terre.

Il présente la particularité de se régénérer.  En effet, un ver coupé en 2 peut continuer de vivre car la comprenant la bouche se régénère. A condition que cette dernière ne soit pas trop courte. Chacun de leurs anneaux contient un petit système nerveux quasiment complet. Des naturalistes auraient réussi à obtenir 20 vers de terre avec 20 morceaux d’un gros ver. Édifiant !

Cette entrée a été publiée dans Les alliés du potager. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.