Un figuier au potager

Un figuier au jardin potager :

Un climat tempéré convient au figuier. On rencontre le figuier depuis des millénaires en Arabie, Perse, Éthiopie, Inde ….

Des plantes fossiles ont été retrouvées également dans les tufs quaternaires de Fontainebleau, ce qui laisse à penser que le figuier existait déjà lors de l’apparition des premiers hommes. Les variations successives de températures et climat l’ont fait disparaitre en France.

Il faut savoir que la plupart des sols sont propices à la culture du figuier. Un sol calcaire convient mais une terre profonde et fraiche est meilleure et plus fertile. Il est préférable d’orienter le figuier au sud et à l’abri du froid. On rencontre le figuier en France dans le sud de la France, Bretagne, littoral Atlantique mais aussi en Espagne et Afrique du Nord.

Le figuier peut aussi se présenter sous forme d’arbustes rameux ou cépées. Ces arbustes, si cultivés en pot ou bac, peuvent être protégés du froid hivernal à l’aide de la tourbe sur la souche. Les branches ne supportent pas les températures inférieures à -10 degrés. Un plastique épais peut aider à lutter contre ces températures négatives. En cas de gel (partiel), le figuier

rebourgeonne  au niveau de la souche mais la production de figue est affectée inévitablement.

La reproduction du figuier peut se faire par différentes façons :

-marcottage

-drageonnage

-bouturage

-greffage

Le marcottage se fait au printemps à l’aide de rameaux âgés de 1 à 2 ans. Il faut incliner et enterrer la partie moyenne du rameau. On conseille de pratiquer une incision sur cette partie recouverte de terre afin de favoriser et faciliter l’émission de racines. On conseille également de pratiquer le marcottage en pots afin de protéger les nouvelles racines encore fragiles, en attendant la plantation définitive en pleine terre.

La multiplication par séparation des drageons consiste à détacher de la souche un rameau muni de racines. Cette pratique assez simple. Le sujet obtenu drageonne à son tour.

Le greffage le plus efficace est la greffe en flûte au moi de mai/juin qui correspond à la tombée de la sève, et ce sur un pied de 2 ans.

La fructification :

Sous les climats chauds, on constate une végétation continue accompagnée d’une fructification elle aussi continue. La récolte se réalise au fil du temps en fonction de la maturité des fruits.

En France, le figuier donne généralement 2 récoltes (printemps/automne). Les figues de printemps sont celle de l’été dernier qui ont grossi. La récolte d’automne sont des figues nées au printemps (à l’aisselle des feuilles). En réalité, les fruits situés à la moitié inférieure des rameaux se développent normalement et murissent à l’automne. Les fruits des sommets, demeurent à l’état de bourgeons globuleux que l’on surnomme « figue-fleurs ». Ces figues murissent l’été qui suit.

En fait, la plupart des variétés sont auto fertiles. La variante est le climat.

La taille du figuier concerne principalement l’arbuste buissonnant :

-en avril, il faut pincer l’extrémité des rameaux portant les « figue fleurs »

-en juin, il faut éliminer les pousses nées suite à cette opération de pinçage, proche du point d’insertion des figues. (ne touchez pas les 2 figues les plus proches de la branche principale ou charpentière).

-enfin, en novembre, il faut supprimer la partie ayant fructifiée au-dessus de la plus inférieure des 2 pousses conservées. Cette partie conservée, deviendra à son tour un nouveau rameau porteur de fruits.

Les variétés :

Il existe de variétés de figues.

Celles à peau claire ou blanche.

Les autres ont la caractéristique d’être plus nombreuses.  On parle des figues vertes, noires ou rouges violacées.

On trouve donc :

-« Blanche d’Argenteuil » ou « figue Madeleine » dont l’épiderme est blanc. La maturité du fruit se fait en juillet et aout.

-« Violette Dauphine » dont des gros fruits violacés à chair rose. Elles sont juteuses et sucrées. L’arbre Violette Dauphine est qualifié de rustique et fertile.

-« Rouge de Bordeaux » son nom l’indique bien, on retrouve cette variété dans le sud ouest de la France. Les figues sont de bonne qualité.

-« Barbillonne » cette figue est rustique dont l’épiderme est plus mince que la moyenne.

-« Bellone » est un arbre vigoureux et fertile. La peau de la figue est très foncé.

-« Marseillaise » cette variété est cultivée sur le pourtour Méditerranéen, notamment autour de Marseille.

D’une manière générale on récolte les figues à partir du mois de mai jusqu’à mi-novembre en fonction des variétés et le climat.

Les ennemis du figuier :

On peut dire que le figuier résiste assez bien aux maladies, à condition que l’emplacement soit correct.

Parmi les ennemis, on trouve la chenille globuleuse appelée ceroplastes rusci. Cette chenille attaque les feuilles et les rameaux. On peut lutter contre cette chenille en utilisant des huiles émulsionnées.

Sa consommation et ses propriétés :

Les figues contiennent du phosphore, calcium, cuivre, fer, magnésium, potassium, manganèse. Les figues sont riches en vitamines C, B1, B2, PP. On retrouve aussi dans la figue des glucides, cellulose, protides.

La figue séché a une teneur en ces éléments plus concentrée.

Les figues peuvent consommées fraiches, séchées ou stérilisées. Elle rentre aussi dans la préparation de fruits confits et boissons alcoolisées (liqueurs, vin de figue etc…). D’ailleurs, l’utilisation des feuilles apportent beaucoup de saveur dans les préparation alcoolisés. (5 litres de vin de figues nécessitent 40 feuilles de figuier à macérer pendant 1 semaine.)

Cette entrée a été publiée dans Le figuier. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.